Blog, Chefs, Culinaire, Reportage, Restaurant

Antonin Bonnet - Sergent Recruteur (1*)

Antonin Bonnet, fraîchement étoilé (je me permets de le féliciter au passage) est l'un de ces chefs que j'ai eu le privilège de rencontrer lors de mon travail. S'il est vrai que lors des reportages, j'ai le plus souvent un tête à tête avec les plats du chef que le chef lui-même, cela ne m'empêche pas de percevoir sa personnalité. À ma façon, certes... Posons le décor : l'endroit est simple, sans fioritures, de belles tables en bois, soignées et élégantes, carrées avec ce qu'il leur faut de rondeur, de belles chaises, élégantes. Le décor est contemporain, mais fait la part belle à une ingénieuse combinaison des grands succès stylistiques des 30 dernières années.

Cette belle harmonie, que l'on retrouve dans l'ensemble de ce lieu, force la simplicité. Celui-ci s'étend sur la longueur et offre un bel espace. Coupé en deux de manière astucieuse, l'entrée offre un endroit où vous pourrez déguster quelques-uns des "tapas à la française", tandis qu'à l'arrière,  le restaurant vous invite à poser vos papilles plus longuement. Cette particularité fait de ce lieu un espace plein de vie très agréable.

Petite originalité... Lorsque l'on accède à l'étage inférieur du restaurant... Nous tombons nez à nez avec un sanglier. Si si... enfin, pas qu'un sanglier, la véritable caverne d'Antonin, on en reste baba ! Deux magnifiques portes réfrigérées et vitrées nous offrent une exposition culinaire grandeur nature. De belles pièces de viande, maturées ou non, s'offrent à nous, ainsi que divers jambons (de sanglier), fromages et autres beaux morceaux qui mettraient l'eau à la bouche à n'importe quel gastronome.

Ce lieu reflète une partie de ce qu'à voulu transmettre Antonin. N'en déplaise, celui-ci reste authentique ! il ne surjoue pas et tient à rester lui-même avant tout. Jeune chef en vue, et donc, plein d'attentes, ,il préfère cependant franchir les étapes une par une. La tête froide, mais brûlant de créativité, le chef maîtrise sa cuisine de bout en bout. L'homme reste également très simple et accessible. Il s'est d'ailleurs prêté volontiers à un portrait un poil "étrange", car n'en déplaise, il a également de l'humour ! Et tant mieux.

Les plats que nous a proposé le chef m'ont quelque peu bousculé. Il est assez rare d'avoir des hamburgers et hot-dogs revisités de la sorte, mais le travail effectué en cuisine est simplement magnifique, d'une extrême simplicité derrière laquelle se cache  beaucoup de talent, de composition et de maîtrise. Et je ne vous parle même pas des délicats effluves qui ne peuvent que vous faire craquer... (c'était mon cas lors du shoot). Aller, je vous laisse admirer son travail. N'hésitez pas à vous rendre chez lui, c'est en tout point délicieux. D'ailleurs, chapeau pour cette belle déclinaison de choux praliné que le chef nous a servi (entre autres), simplement bluffant, tout comme la lotte... Simple, mais fort.

Le mot de la fin ?

Chef, faites-vous plaisir... Vous le faites si bien !

PS : Pensez à acheter le Culinaire Saisonnier de ce printemps... Pourquoi ? Des recettes, des anecdotes et  une plume de fou par Mr Philippe Schroeven Himself ! Foncez dans les kiosques à journaux ou abonnez-vous !